Site Loader
hospice saint jacques andelys visite

Bâti peu de temps après la Collégiale Notre-Dame aux alentours de 1225, l’hospice Saint-Jacques des Andelys est alors l’hôtel Dieu, qui accueille les pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle. Le bâtiment a évolué et changé d’utilité au fil des siècles, mais il reste toujours un symbole des Andelys.

L’histoire de l’hospice Saint-Jacques des Andelys

hospice saint jacques andelys visite

C’est donc vers 1225 que les premières pierres du bâtiment sont posés, en dehors des remparts du village Petit Andelys. C’est alors une halte pour les pèlerins qui souhaitent trouver le gîte lors de leur route vers Saint-Jacques de Compostelle. L’hôtel Dieu est alors dirigé par un prieur.

À partir de 1366, une charte définie l’hôtel comme une fondation royale. Désormais, si les pèlerins sont toujours accueillis, Saint-Jacques devient aussi un refuge pour les malades les infirmes ou les indigents. Ce sont toujours les prieurs qui dirigent l’établissement.

En 1637, l’administration change de mains. Le dernier des prieurs rend les clés pour les transmettre au Comte de Gisors un noble de la région, qui laissera la gestion à Jeanne de Corbinnelli, une religieuse hospitalière officiant alors à Pontoise.

À cette époque, l’édifice est en très mauvais état. Les bonnes sœurs sont une petite vingtaine à faire de leur mieux, mais tout se délabre. Il faut attendre plus de 150 ans, pour que Jean-Marie de Bourbon, petit-fils légitimé de Louis XIV rachète le bâtiment pour le détruire. Il fait appel à Gambier un architecte de renom, qui devra construire un nouvel hôtel Dieu. Au bout de 8 ans, en 1798, le bâtiment est terminé.

Les religieux sont toujours responsables de la gestion de ce refuge pour les malades, qui continue d’accueillir des pèlerins. Il faut attendre 1945 pour qu’un personnel laïque qui fait alors déjà office de maison de retraite. En 1964, le bâtiment est classé monument historique.

En 1982, un second bâtiment est construit. Il est plus moderne et fournit 90 lits supplémentaires pour les malades, dont 15 lits pour les longues hospitalisations. Progressivement, celui qu’on nomme aujourd’hui l’hôpital Saint-Jacques à augmenté sa surface d’accueil pour les places en maison de retraite, avec notamment un accueil pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

En partie protégé

La plupart des éléments de l’hôpital, comme la toiture, les façades, la chapelle, les sols intérieurs et extérieurs, sont protégés par arrêté du 17 septembre 1964. On peut visiter la chapelle, mais pas l’ensemble de l’hôpital, bien évidemment.

Pour admirer cette architecture très élégante, on se place généralement depuis les berges de la Seine, mais également en surplomb pour avoir une vue idéale sur la toiture et notamment sur le dôme de la chapelle. Pour cela, il suffit de suivre le sentier de randonnée numéro 2, qui grimpe le long du coteau. Si vous appréciez les pierres plus anciennes, il ne faut évidemment pas oublier de se rendre au château Gaillard, qui est le vestige le plus impressionnant de la région.

Post Author: admin